____________________________________________________________
LES SYMPOSIUMS. LES-AVINS-EN-CONDROZ
présentés par Michel Smolders

I. Au début, il y a la pierre

Le petit granit
Le grand format
La taille directe

II. Les symposiums

Sculpteurs de tous horizons
Raconter les symposiums
Exposition
Quelques personnalités (Willequet,...)

III. La pierre, encore et toujours

 


Gisant, petit granit, 300x70x60, 1982
Photo : J. Lecouturier

I. Au début, il y a la pierre

A l'origine des symposiums de sculptures organisés à les Avins en Condroz, il y a quelques amis sculpteurs séduits par l'idée d'entreprendre chacun une sculpture monumentale en " petit granit ", sur les lieux même d'extraction de la pierre. Il s'agissait à la fois d'échapper à l'exiguïté de leurs ateliers, d'aborder un grand format et, surtout, de le réaliser dans ce matériau à la fois noble et exigeant.

Le " petit granit " est en effet une pierre très dure, d'un gris-noir émaillé de petits fossiles clairs et dont la taille demande à la fois du métier et de la patience. Moyennant quoi, c'est une pierre qui offre une grande diversité de matières et de nuances. Sa dureté permet la précision et la variété des angles d'attaque. La trace de l'outil y est apparente et accentue par son graphisme l'expression que le sculpteur donne à ses formes. Tout cela conjugué avec le respect que l'on porte naturellement à un matériau durable, font de l'approche de cette pierre une expérience particulièrement enrichissante.

Il est curieux de penser qu'au 19ème siècle, rares étaient les sculpteurs qui taillaient eux-mêmes leurs oeuvres dans la pierre. Cette tâche était laissée à des ouvriers expérimentés qui reproduisaient dans la pierre un modèle de plâtre. Les oeuvres de Rodin qui fut un modeleur de génie dont le moindre coup de pouce dans la glaise était expressif et vivant, n'ont pas gardé dans le marbre toute la vivacité de ce premier geste créateur. Maillol se plaignait de l'excès de précision de ces " metteurs au point " dont le savoir faire le privait de toute possibilité de modifier lors de la finition.

On imagine aisément ce qui se perdait dans cette exécution machinale d'une sculpture façonnée au départ dans de l'argile. A commencer par le fait que le processus créateur est exactement inversé: le modelage se fait surtout pas adjonction progressive d'argile, alors que la sculpture en pierre est au contraire le fruit d'une épuration progressive. Chercher une forme en ajoutant ou en enlevant participe de deux démarches très différentes. Mais surtout, c'était oublier que seule la taille directe de la pierre par l'artiste permet cet échange si particulier entre un matériau et un acte créateur. Les formes élaborées sont influencées par la pierre elle-même, dans une connivence et un dialogue permanent.

Ce sont de grands sculpteurs comme Brancusi, Zadkine ou Henri Moore qui remirent en honneur la taille directe. A leur suite, une nouvelle génération de sculpteurs ressentirent la nécessité de reprendre contact, grâce à la matière elle-même, avec l'origine même de leur art.

retour

II. Les symposiums

C'est donc animés par ce désir de créer en taillant le petit granit que pendant une quinzaine d'années des sculpteurs se sont réunis pour travailler côte à côte sur le site des carrières Jullien à Les Avins en Condroz. Le petit groupe des origines se développa d'année en année, stimulant les projets artistiques de chacun par une ambiance de convivialité et d'enthousiasme collectif.

Sculpteurs de tous horizons

Les sculpteurs familiers des symposiums en rencontraient d'autres à l'étranger et leur faisaient connaître cette initiative qui devint ainsi assez vite internationale. Il y eut des sculpteurs venus de France, d'Allemagne, d'Australie, du Japon, de Norvège, du Canada, d'Union Soviétique, de Bulgarie, de Hongrie, etc. Tout cela dans la discrétion, sans publicité ni battage médiatique, le but de ces rencontres consistant d'abord à donner la possibilité de travailler un mois à l'abri des soucis de la vie quotidienne, de pouvoir se concentrer sur un projet d'envergure, stimulé par le travail collectif. Inauguré par deux ou trois sculpteurs en 1977, les symposiums en rassemblaient une trentaine quinze ans plus tard. L'expérience prit fin en 1992 lors de la dispersion du groupe de base.

Raconter les symposiums

Participer aux symposiums demandait parfois aux sculpteurs un certain courage. D'abord il fallait apprivoiser l'environnement particulier dans lequel les sculptures étaient réalisées. Il s'agissait d'une vaste esplanade qui surmontait tout le village et servait habituellement de dépôt aux pierres en attente. Chacun y délimitait son espace de travail, souvent séparé des autres sculpteurs par de gros blocs de pierre appartenant à la carrière. Cet atelier en plein air n'était évidemment pas à l'abri des intempéries mais l'émulation collective poussait chacun à poursuivre son travail qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il fasse très chaud. La pierre elle-même était influencée par ces variations climatiques, paraissant tantôt plus claire, plus poudreuse, plus grise sous l'effet du soleil, tantôt plus noire, plus profonde et insondable sous la pluie. J'ai gardé le souvenir précis de ces journées où l'on n'entendait que le cliquetis des massettes, où l'on avait le plaisir de participer à cet effort collectif et, en même temps, d'être concentré sur son propre travail, en harmonie avec la nature qui nous entourait. Une autre difficulté se présentait aux sculpteurs, celle qui consiste à travailler en partie sous le regard d'autrui. La plupart d'entre eux étaient plus habitués à l'intimité de leur atelier qu'à cet espace ouvert, toujours susceptible d'être troublé par un visiteur. Et ce fut là sans doute un des autres atouts de ces rencontres. Par une entente tacite, la concentration de chacun était préservée, les regards se faisaient discrets, les éventuelles remarques relevant toujours d'un aspect technique ou d'un encouragement plutôt que d'un jugement de valeur sur le travail en cours. Moyennant quoi, il était passionnant de rencontrer et voir travailler des artistes d'horizons si éloignés avec des formations et des pratiques souvent différentes. L'essentiel de ces rencontres de travail fait partie de l'expérience vécue. Celle-ci a donné aux sculpteurs un élan inhabituel, sans chercher à former une école ou une tendance esthétique. Certaines choses permettaient cependant de voir qu'à travers leur différences, ils appartenaient bien à la même famille, d'abord leur amour de la pierre, ensuite, leur réticence à utiliser des machines pour accélérer leur travail. Ils n'utilisaient pas de pneumatique et ne se résolvaient que rarement à recourir à la disqueuse. Encore prenaient-ils soin de ne le faire qu'en dehors des heures de travail des autres sculpteurs afin de ne pas les déranger par des bruits inopportuns. C'était là un choix presque éthique, accepté tacitement par tous, un refus de la rentabilité qui commande la vitesse d'exécution, un refus du bruit et de la poussière qui gêne la réflexion. A l'heure de la pose, les ouvriers de la carrière venaient en curieux voir ce que nous faisions et s'étonnaient de nous voir faire par plaisir ce qu'ils étaient contraints de faire pour gagner leur vie. La carrière Jullien comprenait une vingtaine d'ouvriers dont l'activité donnait un dynamisme aux sculpteurs qui rythmaient leur travail aux mêmes heures. Il n'y avait donc aucun antagonisme entre les activités industrielles de la carrière et le projet artistique qui se déroulait dans ses murs. De l'un à l'autre, il était encore question de la même chose, de l'apprivoisement de ce matériau particulier qu'est " le petit granit ".

retour

Exposition

Cette pierre est celle utilisée pour bâtir la plupart des maisons du village. Aussi est-ce assez naturellement que s'est imposée l'idée d'organiser tous les deux ans dans le village une exposition des oeuvres réalisées. Les habitants étaient mis à contribution puisqu'ils acceptaient de recevoir une sculpture monumentale devant leur maison ou dans leur jardin. Chaque oeuvre était inattendue et, en même temps, comme justifiée par la pierre des maisons, des bâtiments de ferme, de l'église, des murs qui bordent les rues et entourent les jardins. Après l'exposition, les oeuvres partaient vivre leur vie dans d'autres lieux.


Quelques personnalités

Bien des sculpteurs réalisèrent des oeuvres issues de ces symposiums ou réalisées à leur occasion: Serge Vandercam qui, par un ensemble architectural, rendit plein de mystère un bois du Sart Tilman, Philippe Jacques réalisa un grand portique qui devint comme le symbole de l'UCL en Woluwe, Antoine de Vinck créa une stèle en deux éléments d'un emboîtage savant, Marcus De Vestele une fontaine monumentale, etc. On ne peut les citer tous. L'un d'entre eux a joué un rôle essentiel. Il s'agit d'André Willequet, un participant fidèle, qui aimait beaucoup cette sorte de " retraite en carrière ". Il a laissé, pour ceux qui l'ont vu travailler, le souvenir d'une manière d'être qui éclaire son oeuvre d'un jour particulier. Sa présence, celle d'un aîné, diffusait un encouragement précieux. On restait frappé de sa grande capacité de concentration. En sculptant il oubliait tout ce qui n'était pas son ouvrage. Malgré sa grande maîtrise de la forme, il ne se trouvait pas à l'abri de l'anxiété des débuts car pour lui chaque sculpture redevenait la première. Il ne se répétait jamais et se reposait chaque fois comme nouveau le problème de la création. A la différence d'autres sculpteurs il n'enlevait jamais beaucoup de matière, laissant à la pierre son poids, la puissance de son volume. Malgré cela, il possédait le secret de la modifier profondément. Mais ce qu'il modifiait venait toujours du noyau, de la forme de base et n'était jamais un effet de surface. Souvent aussi il retournait sa pierre pour prolonger la forme en un mouvement continu. Ses sculptures tout en nuances communiquent une émotion subtile qui se prolonge au fil du temps et continue de dialoguer avec nous.

Le noeud, 62 x 30x 25, pierre blanche
André Willequet

 

retour

III. La pierre, encore et toujours

Certains voient dans la taille de la pierre un moyen d'expression révolu. Impressionnés par le développement des moyens de communication, par les nouvelles technologies, ils ont le sentiment que l'artiste n'a plus à modifier le matériau qu'il travaille et qu'il lui faut se concentrer sur les idées et sur l'effet recherché. Le choix de la taille directe de la pierre se trouve évidemment à contre courant de cette tendance. Quoique la spontanéité n'en soit pas absente, elle ne permet guère la transe romantique. Nous sommes plus proche d'une création lentement méditée. Rien de plus ridicule qu'un sculpteur qui s'énerve. Faire sienne la pierre, s'en faire une alliée dans la création, dialoguer avec elle n'est pas une mince affaire. Il s'agit de retrouver une émotion qui remonte sans doute à la nuit des temps. L'enthousiasme dont font souvent preuve les débutants qui réalisent leur première sculpture dans la pierre montre bien à quel point ce moyen traditionnel n'a rien perdu de sa magie. C'est évidemment une bonne chose que de nouveaux matériaux et de nouvelles techniques permettent au sculpteur contemporain d'élargir le monde de la création. La taille de la pierre n'en a cependant pas moins encore de beaux jours devant elle. Elle reste pour les esprits qui préfèrent réfléchir le monde plutôt que le traverser en courant, un moyen puissant de dire l'inexprimable.


______________________________